imprim'thèse

Simple et Rapide, l'impression de thèse en ligne proposée par COREP

Le panier est videMon panier

Troisième année successive, Ma thèse en 180 secondes en France

Le comité national d’organisation, la CPU associée au CNRS, s’est réuni en compagnie des regroupements universitaires et délégations CNRS français en  novembre 2015 à Paris pour lancer officiellement l’édition 2016.

Lors de la première édition du concours, deux doctorantes françaises, Noémie Mermet et Marie-Charlotte Morin, avaient reçu le premier et deuxième prix du jury à la finale internationale 2014.

 En 2015, la finale internationale a été l’occasion pour la France de s’illustrer de nouveau avec l’organisation de l’évènement dans le Grand Amphithéâtre de la Sorbonne ainsi qu’avec l’obtention du deuxième prix du jury et du prix du public.

En 2016 et pour la troisième année consécutive, les deux ordres coordonneront le projet au niveau national. Les regroupements universitaires souhaitant participer ont jusqu’au 18 décembre 2015 pour se présenter, ce qui laisse peut de temps.

Pour ceux qui souhaite participer et laisser une bonne impression au jury, réalisez votre tirage de thèse via notre service d’impression de thèse en ligne : Imprim’thèse

 

Vers une reforme du 3ème cycle

Le gouvernement veut reformer le troisième cycle.

Ses propositions ne sonnent pas à l’unisson au sein de la communauté des enseignants chercheurs, qui craint notamment l’arrivée de «thèses light».

Un projet  visant à reformer le doctorat, le plus haut grade universitaire français. L’objectif : Garantir aux doctorants une formation de qualité et une meilleure reconnaissance nationale et internationale de leur diplôme. 

Difficile, sur le papier, de ne pas adhérer. La Confédération des jeunes chercheurs résume assez simplement le problème: «Réaffirmer le caractère international du doctorat, ouvrir les modalités d’accès... Nous sommes en accord avec les objectifs affichés dans la lettre d’intention du gouvernement, mais pas avec le texte tel qu’il est en l’état, qui ne permet justement pas de remplir ces objectifs.» 

La durée de la thèse en question 

La principale crainte du corps enseignant et des divers associations universitaires, est l’apparition de «thèses light», qui dévalueraient cet illustre diplôme. La volonté de former plus de docteurs sans moyens supplémentaires pourrait, selon eux, conduire à accorder à des personnes n’ayant pas de master, à un doctorat.

Il est également question de thèse en apprentissage, dont les contours indéfinis portent à confusion. Bien que reconnu comme flou, ce projet correspond là, un bon point selon les écoles doctorales. 

Autre mesure envisagée dans le cadre de cet encadrement renforcé: créer un «comité de suivi», dont les membres seraient extérieurs à la discipline concernée, chargé de suivre l’évolution du travail de recherche. Ce point est selon le corps enseignant un élément inutile. Ce suivi est ressenti par l’ensemble de l’académie comme une offense à la relation privilégié qu’a un directeur de thèse et son doctorant.

La volonté de limiter la durée de la thèse à trois ans ne fait pas non plus l’unanimité, même si certains reconnaissent que le vrai problème ne réside pas réellement dans la durée, mais plutôt du côté des conditions de travail.

Prévu pour la  rentrée 2016

Du côté du ministère de l’Éducation nationale et de l’enseignement supérieur, aucun calendrier n’a à ce jour été officiellement arrêté, mais certains parlent d’une application dès la rentrée scolaire 2016.

La place du doctorat au sein de l'éducation française

Le doctorat ne connaît pas un réel succès auprès des étudiants français, cela s’explique par une réticence des élèves à poursuivre leurs études après le master.

Toutefois le doctorat est attractif pour les étudiants extérieur à la France, environ 40% des doctorants étant en mobilité internationale : c'est ce que révèle l'édition 2015 de Regards sur l'éducation, publiée par l'Organisation de coopération et de développement économiques le 24 novembre 2015.

Sur la base des taux d'obtention d'un diplôme en 2013, la France, comme en moyenne les autres pays de l'OCDE, compte moins de 2% de jeunes qui termineront un programme de recherche équivalent à Bac+8.

Difficulté du diplôme, longueur des études, et des débouchés restreints sont des freins au développement du doctorat d’après les analystes à la direction de l'éducation de l'OCDE. Le taux d'insertion professionnelle reste bon, uniquement parce que  certains docteurs exercent un métier différent à celui auquel ils inspiraient.

En France, 62% au moins des étudiants ayant obtenu un doctorat en 2013 ont suivi une formation en sciences ou en ingénierie. Cette attractivité à la française s'explique grâce aux divers partenariats établis avec des pays francophones, aux frais d'inscription très bas, mais également grâce au ministère de l’éducation qui met un point d’honneur à la reconnaissance de la France sur les enseignements scientifiques.

Les débouchés sur le marché du travail sont plus favorables aux titulaires d'un master ou d'un doctorat que d'une licence. Les taux d'emploi des diplômés d'un doctorat sont plus élevés par rapport à ceux qui n'ont qu'une licence soit 87% en France.

 

 

Pour vos impressions en couleur ou en noir et blanc sur couvertures lisses ou texturées, passez par notre service d'impression de thèse en ligne : Imprim'thèse 

Seconde rencontre scientifique : Le colloque international sur le doctorat

Envie d'exprimer votre avis et argumenter sur des réflexions scientifique ? 

En partenariat avec Docteo, Doc'Up et Adoc Talent Management est organisé pour sa seconde édition, le colloque international sur le doctorant. Cette année, la thématique abordée est la suivante : le doctorat dans tous ses états : natures et perceptions à l’international.

Cet événement est une rencontre scientifique destinée à faire avancer la réflexion sur le bac+8 comme objet de recherche et répondre au sujet principal sous trois angles concrets :

  • L’axe 1, “La formation doctorale : pratiques, expérimentations et apports des doctorants dans le système de recherche”.
  • L’axe 2, “Débouchés, mobilité et reconnaissance des compétences des docteurs”,
  • L’axe 3, “Retour sur 10 ans de bonnes pratiques pour les carrières des chercheurs dans l’espace européen de l’ESR : quels sont les impacts de ces dispositifs ?”

Organisé le 20 novembre 2015 à l'université Pierre Marie Curie à Paris, la programmation de cette rencontre est la suivant :

  • 8h30-9h00 : Accueil des participants
  • 9h00-9h15 : Ouverture de la journée par Adoc Talent Management, Docteo et Doc’Up
  • 9h15-10h : Conférence d’ouverture « Le doctorat à l’international : diversité ou convergence ? », Laudeline Auriol, Analyste, OCDE
  • 10h-10h30 : Pause petit-déjeuner
  • 10h30-12h15 :Axe 1 / La formation doctorale : pratiques, expérimentations et apports des doctorants dans le système de recherche
  • 12h15-14h  Pause Déjeuner
  • 14h-15h30 : Axe 2 / Débouchés, mobilité et reconnaissance des compétences des docteurs
  • 17h30-18h : Clôture de la journée

Colloque gratuit sur inscription.

Inscrivez-vous et retrouvez toutes les informations relatives au #CID2015 à l’adresse suivante : http://cid.docteo.net/

Et n'oubliez pour toutes vos impressions de thèses, passez par notre service en ligne, tirage en couleur de qualité en grande ou petite quantité livrable dans toute la France en 24/48h : Imprim'thèse.

Articles récents

Bon de commande de Faculté Bon de commande de Faculté
Bon de parrainage Bon de parrainage
Pack échantillons Pack échantillons